Catégories

Newsletter

Chapon de Bresse AOP le kg

Chapon de Bresse Appellation d'Origine Protégée

Plus de détails


58,00 € TTC

1000 pièces disponibles

Ajouter à ma liste

Programme de fidélisation En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 5 points de fidélité. Votre panier totalisera 5 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 1,00 €.




Le Chapon de Bresse 

L’élevage des chapons en aussi très ancien en Bresse à partir de 3 races existantes : la noire de Louhans, la grise de Bourg en Bresse et la blanche de Beny. La première preuve écrite de cet élevage date de 1591  concerne un don de volailles de Bresse à un seigneur par des hommes de Bourg en Bresse. Le développement de la culture du maïs va de pair avec celui des volailles surtout lorsque la Bresse savoyarde est rattachée à la France. C’est en 1825 que Brillat-Savarin fait l’éloge des volailles de Bresse (Méditation 6, III : Volailles, 34). La recherche de l’excellence est stimulée par l’organisation en 1862 d’un concours de volailles à Bourg en Bresse qui préfigure « Les Glorieuses » où le gagnant reçoit un vase de Sèvres de la part du Président de la République en récompense de son travail. Cet élevage de qualité, réalisé par les femmes, prend son essor grâce aux progrès du chemin de fer et de la conservation par le froid. La récompense suprême arrive en 1957 avec l’AOC qui est basée sur le savoir-faire, les usages locaux et tangibles, la connaissance et les habitudes ancestrales et le terroir.

La loi de 1957 précise les conditions de l’AOC selon un cahier des charges très contraignant.
La zone d’élevage s’étend sur l’Ain, berceau de la volaille,  la Saône et Loire et  dans une moindre mesure le Jura. En 2004, 16 000 chapons ont été élevés dans la zone d’AOC.
Tous les poussins proviennent d’une même souche : la race Bresse ou gauloise blanche à crêtes rouge et à croissance lente. Les poussins arrivent à la ferme, âgés de 1 jour et vivent 5 semaines durant dans un lieu clos dans la chaleur d’une éleveuse artificielle. A 35 jours, ils sont ensuite lâchés sur un parcours herbeux : 20 mètres carré/chapon. Le sol de ce terrain, pauvre en calcaire,  est de consistance glaiseuse propice au développement des larves, vers, œufs et insectes et d’herbes que les poulets picorent avidement. C’est un régime basé sur une carence en protéines qui va pousser les volailles à compléter leur nourriture avec les petits animaux présents dans le sol. La pauvreté  en calcaire du  sol donne aux volailles un squelette très fin.

Lorsque le poussin est âgé de  2 à 4 mois, a lieu le chaponnage, opération délicate eut égard à l’âge tendre des poussins dont les organes génitaux sont peu visibles. Cette opération est faite par un chaponneur professionnel ce qui limite les risques de d’échec. Si l’opération ne réussit pas la crête poussera et le poulet ne pourra être vendu comme chapon.
Après une période de 9 semaines passée en liberté,  les chapons sont devenus adultes. Ils sont alors mis dans des épinettes pour la phase finale de l’élevage qui dure 4 semaines minimum. Les épinettes sont des cages de bois montées sur pied et divisées en compartiments, ces cages sont installées dans une salle sombre et calme, à proximité du foyer. Les chapons sont nourris de maïs blanc (90%) et de petit lait (10%), sans additifs, ni compléments, ils doivent prendre du poids en absorbant le plus possible de nourriture.
Entre 32 et 43 semaines, lorsque le chapon pèse de 3 à 4 kilos, il est abattu, puis plumé à la main, à l’exception d’une collerette en haut du cou. La tête et le corps sont préparés : la collerette, le cou, la tête,  les ergots sont nettoyés. L’opération suivante est le roulage : on enveloppe le corps du chapon jusqu’au cou dans une toile de lin, de chanvre ou de coton que l’on coud serré ce qui permet aux graisses de se répartir autour de la chair et à l’air contenu dans la bête de se vider, assurant une conservation optimum. Le chapon ainsi bridé est suspendu 1 ou 2 jours, puis la toile est retirée. Le chapon a maintenant cette forme d’obus si caractéristique, d’une belle couleur blanche,  ailes et pattes incrustées dans le corps.

L’ensemble des différentes opérations : castration, alimentation, vie à l’air libre puis confinage, la croissance lente, l’âge de l’abattage et le roulage confère à la chair abondante du chapon une texture moelleuse et fondante, un persillé provoqué par une infiltration régulière de la graisse dans les tissus, une viande juteuse et très gouteuse. A nulle autre pareille.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.

Rechercher

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Commander